Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Journal de confinement / Jour 9: 25.03.20

Publié le par Grégory Parreira

 

Quel règne ce monstre ! Quelle formidable aptitude à tout régenter, à faire de lui le centre du monde dans les salons mondains, à déclencher les soupirs ébahis, l’admiration, l’évanouissement des perles. On peut dire qu’il savait narrer les fables les plus insolites, incurver les récits et les légendes séculaires à son compte. Il a maîtrisé l’art du costume et du grimage : fine moustache sur la pointe des canines, jaquette de belle facture pour planquer la peau d’agression, le pelage d’envie ; poudre de confort sur des joues sanguines : véritable prouesse que d’escamoter la prédation sous un vernis de progrès.

Il a servi la soupe, les gibiers, des pièces montées aux saveurs métalliques d’hémoglobine, du sang lointain, celui que les sédentaires ne sentiront pas. Il a gainé les chaînes de cuir, vissé des mythes flatteurs à toutes les usures du monde : des valeurs, des sacrifices, des boucheries épinglés à son veston comme des fleurs de réussite. Ça ? C’est du mérite madame ! Le sacro-saint travail qui paye. Les yeux s’enroulent et jaillissent les mots tordus, tronqués, dictionnaire taillé à la hache, trié à même le velours pour composer les inspirations glorieuses qui sauront le définir. Dans ses grands gestes de camelot universel il a happé toutes les têtes ou presque. Épaulés d’une myriade de lieutenants mégaphones, d’un canon discrètement pointé à travers la poche pour les plus enragés il investissait les moindres petites mandibules d’un atome de boue flottant dans le vide stellaire. Une force hors de la nature, une abjection, une chimère sans cesse en promotion de lui-même ravi de servir sa crème sucrée sur un lit de tisons. Le monstre est entré comme un virus, sûr de sa force il a perforé les membranes, inondé les reins, les entrailles. Symptômes contradictoires d’euphories, d’amoncellements. La folie à cheval sur des courbes de nanosecondes prête à faucher vert et bleu dans un même geste, bientôt prête à mener une mission orbitale vers l’éclatement du soleil. Aujourd’hui le monstre a perdu de sa superbe, les crocs filent sous la moustache. Il pleure trois petits pourcents un genou à terre, ses veines de néons à demi closes. Regardez, l’empereur est nu, l’occasion est trop belle !

Commenter cet article